Avertir le modérateur

« Initiative militante | Page d'accueil | Michel Rocard est-il bigleux? »

12/06/2008

Qu’est ce qui nous sépare?

Par Marc Vasseur 

Alors que je m’apprêtais à écrire un nouvel article consacré au théâtre d’ombres que nous offre notre premier secrétaire, François Hollande cette interrogation m’est venue presque naturellement. Car au fond, à lire les premières ébauches de texte dans la perspective de ce congrès, je m’aperçois que beaucoup de nos dirigeants vivent dans une sorte de nostalgie de l’ère Jospin.

593559064.jpg

Ahhhh quelle formidable époque que ces années 97-2002 Le temps du socialisme triomphant, de la bonne gestion aux bons résultats économiques pour un peu, ils rêveraient d’inventer la machine à remonter le temps. Après réflexion, j’en viens à me demander si ce gouffre qui peut me séparer d’eux, ce n’est pas au final ce fameux fossé générationnel.


Car ce doux come-back semble renvoyer un écho troublant ces fameuses 30 glorieuses ce moment d’abondance, d’insouciance et de jouissance car tous ou presque ont grandi dans ce climat peu propice à l’innovation, aux interrogations existentielles et cependant concrètes du « comment survivre dans ce monde?».  

Moi désolé pour ce narcissisme j’ai passé une partie de mon enfance et toute mon adolescence dans de toutes autres conditions rareté, instabilité, précarité le SIDA, le chômage, pauvreté qui plus est, d’une intelligence moyenne, je n’ai pas été préservé par le cocon des grandes écoles haut lieu de reproduction des élites mais aussi enferment vis-à-vis du monde extérieur.

Une autre différence qui n’est pas non plus étrangère à ma perception d’une nouvelle citoyenneté, le début de la démocratisation de l’informatique et sa généralisation non plus en des termes techniques mais bien en tant qu’outils.

Voilà comment j’explique ce décalage avec nos, mes dirigeants  d’un coté l’illusion d’un retour au temps d’avant, de l’autre une génération a qui on demande de s’adapter en permanence et à vivre avec moult épées de Damoclès   fatalement, cela provoque un certain nombre d’incompréhensions.

Une des plus significatives pour moi porte sur la croissance économique. La grande majorité de nos dirigeants politique au PS ne cesse de nous parler de mesures pour relancer la croissance certes cependant, je constate que de plus en plus d’économistes de renom s’interrogent de plus en plus ouvertement sur celle-ci et ses conséquences sur la planète

Je rejoints complètement cette problématique croissance ok mais croissance durable au-delà des mots et force est de constater qu’on est loin, très loin du compte pour le deuxième terme. Et toujours sur ce thème, en évacuant cette notion de durable,  qu’est ce qui fait qu’on peut revenir à ce cycle salvateur de croissance forte alors que sa tendance est baissière depuis plus d’un demi siècle et entretenue depuis plus d’une décennie par un endettement croissant des ménages ? (je suis désolé les aléas font que je n’ai pas eu le temps de résumer le chapitre 2 de Larrouturou qui aborde ce point)

Voilà où j’en suis dans mes interrogations, mes questionnements à quelques mois d’un congrès annoncé déterminant et qui s’achemine à nouveau vers des accords boiteux au détour d’un couloir entre personnes d’une même génération. Vous me direz les quadras oui mais n’oublions pas qu’un certain nombre a été nourri par l’appareil donc fatalement ça formate aussi une certaine forme de pensée.

Zut plus long que prévu désolé de vous emmerder avec tout ça mais le blog est aussi un journal intime de ses divagations. Article trop long, déstructuré, bordélique je trie en même temps que vous.


Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo 

Commentaires

La politique c'est bien le seul domaine où à 40 ans t'es encore un petit morveux.

Écrit par : Fran | 12/06/2008

En effet nostalgique des années jospin, c'est pas étonnant. mais le réveil a été douloureux. Le bilan des années jospin se résume au soir du 21 avril. Une gauche triomphante en nombre de voies par rapport à la droite, et un FN qui a perdu des voies entre 1995 et 2002...
Mais pourtant le FN etait devant le PS. Ou sont les voies du PS, et bien elles sont à gauche et plus dans le camp du PS. Car la politique de jospin a été une politique assez proche de la droite. Privatisation à tout va, les 35 heures mais aussi la flexibilité des employés (aujourd'hui les 35 heures sont menacés mais pas la fléxibilité....). Des emloies jeunes dont le bilan est mitigés. Un dossier des retraites non traité de même que le dossier des intermittents (et que la droite de raffarin s'est occupé...). Un partage des richesse, qui sous jospin, n'a jamais été en faveur de l'employé. Le PS de cette époque a bénéficié d'une fenêtre économique très favorable à l'emploi et à l'investissement mais n'a au fond, strictement rien fais (Et encore moins pour le développement durable...).
Les années jospin, enfin, ont explosé la gauche pluriel durablement (ah enfin du durable...) On a eu en 2007 une première tentative d'unification de la gauche sans jospin, cela a été un echec certa mais..., mais pour le PS il vaudrait mieux que cela n'arrive jamais car il pourrait connaitre d'autre demain qui déchante, le parti antilibérale de besancenot arrive et il se pourrait que cela marche.....
Au fond la question est de savoir qu'est ce qui rend les dirigeants du PS aussi aveugle que cela fasse a ce bilan. Qu'attend il pour revenir à un discours de gauche et à une vraie politique de gauche.

Écrit par : sebounet | 12/06/2008

Errata : On a eu en 2007 une première tentative d'unification de la gauche sans le PS, cela a été un echec certa mais...,

Écrit par : sebounet | 12/06/2008

l'idéologie socialiste est morte et ils ne savent pas comment l'avouer à leurs militants.Il n'y en en a qu'un seul pour s'en rendre compte, c'est Vals.


ils vont mourir à petit feu de sclérose mentale et je crois que ce jour là j'ouvrirai mon Ruinart millésimé n'en déplaise à Hollande. l

Écrit par : havane | 12/06/2008

le bilan de Jospin c'est la cocufaction de la gauche dans toute sa splendeur.

1) Le front nationale arrive devant le P.S.

2) Les rats quittent le navire(aprés moi le déluge)

3) Les soces etre oblliger d'aller voter Chirac.

Beau bilan Oui-Oui beau bilan

Messieurs les cocus je vous salue

havane

Écrit par : havane | 12/06/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu