Avertir le modérateur

« Parti Socialiste: quelle démocratie interne (partie 1)? | Page d'accueil | Géopolitique du restaurant, épisode 4: la grandeur du pardon »

02/09/2008

Parti Socialiste: rapides nouvelles du front

Par Marc Vasseur

article_SGE.ICG94.300507065739.photo01.photo.default-512x340.jpg



Je termine mon papier sur les contributions ce matin mais en attendant, j’avais quelques petites choses à dire après cette pantalonnade de La Rochelle.

Je présenterai ce jeudi en fédération du Nord du PS, la contribution Urgence Sociale de Nouvelle Gauche. Chacune aura droit à quelques 7 minutes, ça va être sympathique, je le sens bien. Chose marrante, j’ai demandé si il y avait un vidéo projecteur à disposition ou si on pouvait en ramener un… ben non il faut que tout le monde soit à égalité… le progrès fait rage par chez nous. Avec l’Université de rentrée du nord où sur le carton on a l’impression que c’est le show de son premier fédéral… y pas à dire, on est clairement au boulot.


Sinon chez Antoine, il y a une lettre de Cambadelis… clairement, j’ai été choqué par ce passage injurieux à l’égard de la candidate aux présidentielles de 2007: «Construire le renouveau nécessite de réunir ceux qui se sont opposés dans les trois grands traumatismes du Parti Socialiste: Le Congrès de Rennes, le Référendum sur la Constitution européenne et la désignation de Ségolène Royal.»

C’est tout simplement scandaleux non seulement à son égard mais également à l’égard des militants qui l’ont investie!

De tels propos montrent le peu de cas que fait Cambadélis de la démocratie et de la démocratie interne en particulier… Pour moi, il ne fait aucun doute que cette rénovation menée par un certain triumvirat ne peut mener qu’à une bunkérisation du parti et d’une distance encore plus grande vis-à-vis de nos concitoyens. Mais venant d’un adepte des coups les plus tordus depuis son entrée dans la vie syndicale et politique, ce n’est certainement pas une surprise.

Autres choses qui me chagrinent. Utopia a choisi la voie de l’isolement ou alors du ralliement à son seul panache au nom de je ne sais quelle virginité idéologique… et l’attelage de personnalités constitué par le Pôle Ecologique semble déjà monnayer des places… tout cela nous emmène bien loin…

Bref comme annoncé ici même à plusieurs reprises et depuis des mois, c’est mal mal barré. Autre victime collatérale probable, les blogueurs au congrès (on avait commencé à travailler la dessus)… Un signe? A la Rochelle, il y avait les gens de terra nova… c’est fort respectable mais on est loin d’une volonté d’ouvrir les fenêtres et les portes du partis aux citoyens. En somme, c’est un congrès de l’entre soi qui se prépare.


Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo 

Commentaires

«Construire le renouveau nécessite de réunir ceux qui se sont opposés dans les trois grands traumatismes du Parti Socialiste : Le Congrès de Rennes, le Référendum sur la Constitution européenne et la désignation de Ségolène Royal.»

je suis pas un grand fan de Campadélis (euphémisme), mais je ne suis pas choqué par cette phrase.

à l'occasion du congrès de Rennes, comme lors du référendum sur la Constitution européenne, comme lors des primaires de 2006, le parti socialiste a été fortement secoué et ça a laissé des traces profondes. en particulier (puisque c'est à propos de ce dernier évènement que la phrase de Campadélis t'indigne), la désignation de Ségolène Royal a été un séisme dans le PS, tant elle a bousculé l'ordre ancestral des éléphants qui avaient jusque là imaginé (et les militants aussi) que le candidat serait l'un d'eux.

un séisme positif pour les uns, négatifs pour les autres, donc un traumatisme qu'il est nécessaire de prendre en compte, une fracture qu'il est nécessaire de réduire... et en effet, oui, si ce congrès pouvait rassembler le PS, ses militants, et en finir avec cette fracture entre les Ouiouistes et les nonistes, les proségos et les antiségos, ça permettrait peut-être de s'intéresser à l'essentiel.

Campadélis en a fait bien d'autres, mais pour le coup je ne suis pas certains que cette phrase est une flèche contre, mais un appel à surmonter les différences. penser qu'il serait sincère est une autre histoire...

il reste que le fait que tu t'indignes de cette phrase montre qu'en effet il y a trauma et qu'il est important d'en sortir.

Écrit par : dedalus | 02/09/2008

(par ailleurs je regarde le trombinoscope des rédacteurs militants sur ce blog de la rénovation et je trouve criant l'absence de figures féminines. ce n'est pas une critique, tant il parait évident qu'il n'y a pas là de volonté machiste dans cette réalité, mais en matière de rénovation, une telle réalité pose une vraie question)

Écrit par : dedalus | 02/09/2008

Moi ce qui me choque au PS c'est cet immobilisme créé par l'embouteillage de candidats pas plus charismatiques les uns que les autres et n'ayant aucune chance si ce n'est dans une quelconque intrigue.
On doit reconnaitre que certain(e)s tentent de survoler tout ça. Les autres manigancent, virevoltent, brassent du vent.

Écrit par : Fran | 02/09/2008

Les 3 traumatismes de Camba sont une lecture très personnelle, qui de façon éclairante élude toutes les défaites nationales du PS (1995-2002-2007) au profit des combinaisons internes qui d'après-lui n'ont pas fonctionné. On a les priorités qu'on peut j'imagine...
Je vous propose de relire l'édifiant portrait de lui dans Libé : on y découvre un type qui ne parle que de lui et de son fantasme vis-à-vis de DSK et qui, en plus, se prend pour un super-héros. Or, ce grand malade a tué DSK, lui attirant la pire des réputations au parti.
http://www.liberation.fr/transversales/portraits/348168.FR.php
Outrageant et narcissique, Camba est une vraie catastrophe pour le PS.

Écrit par : Mart | 02/09/2008

En effet, la forme laisse à désirer mais je suppose qu'elle est le reflet du fond de sa pensée. Ou alors fait-il allusion aux "urnes bourrées" dont parle Mélenchon ? si c'est ça, on ne peut en vouloir à Cambadélis de parler de la désignation de Royal. De là à parler de trauma, le trauma selon moi c'est le coma Jospin/Hollande et ça faisait trop longtemps que ça durait. D'ailleurs c'est la vacuité de Hollande qui a permis à Royal de s'imposer aux primaires, et l'inanité de DSK et de Fabius d'être désignée.

Honnêtement, le PS a un problème pour dépasser le hollandisme jospinien : ou bien choisir un 1er SN déconnecté de l'enjeu présidentiel qui mettra tout le parti au travail et derrière le futur candidat, ou bien on en reste à la donne qu'on connait avec le risque qu'on connait, voir arriver derrière un 1er SN présidentiable un candidat choisi par les militants qui ne sera pas le 1er SN au risque de générer encore des dissensions.

La 1ere solution me convient davantage. D'autant que le congrès de 2011 offre au futur candidat présidentiable les rênes du parti pour mettre ses troupes derrière lui. Ou elle.

Aussi je crois que Royal en fait des caisses pour pas grand chose et qu'elle veut d'abord une base de repli en cas de nouvel insuccès.

Écrit par : corylus | 03/09/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu