Avertir le modérateur

« Mais ils sont où, mais ils sont où… les libéraux | Page d'accueil | Martine Aubry: retour vers le futur »

18/09/2008

Nouvelle Gauche et Pierre Larrouturou déposeront une motion.

Par Marc Vasseur

larrouturou.jpg
Pierre Larrouturou/Capture d'écran I-télé.

On y arrive, le dépôt des motions - sur lesquelles les militants s’exprimeront - est prévu pour le 23 septembre. Avant cela, il y a eu des discussions de forme plus que de fond. Celles-ci se sont faites dans un monde abstrait loin des viles contingences de l’économie mondiale, d’une Union Européenne en mal d’existence politique faute d’accord minimale sur l’essentiel.

Depuis juillet, on a entendu certains militants, certains dirigeants nous dirent en aparté, « oui Pierre Larrouturou apporte des éléments… mais… l’important n’est pas là et puis c’est trop compliqué à expliquer aux militants, aux français».


On y arrive, le dépôt des motions - sur lesquelles les militants s’exprimeront - est prévu pour le 23 septembre. Avant cela, il y a eu des discussions de forme plus que de fond. Celles-ci se sont faites dans un monde abstrait loin des viles contingences de l’économie mondiale, d’une Union Européenne en mal d’existence politique faute d’accord minimale sur l’essentiel.

Depuis juillet, on a entendu certains militants, certains dirigeants nous dirent en aparté, « oui Pierre Larrouturou apporte des éléments… mais… l’important n’est pas là et puis c’est trop compliqué à expliquer aux militants, aux français».

Nouvelle Gauche au cours de ces dernières semaines a mis en avant non pas l’intégralité de son texte mais deux points majeurs : L’Europe dans la perspective des élections européenne de 2009 et la démocratie interne.

Sur le premier point, l’idée est de réunir durant 3 semaines l’ensemble des partis sociaux démocrates et de se mettre d’accord sur une plateforme programmatique pour la prochaine législature qui va au-delà du seul manifeste, pour le présenter aux citoyens européens. Impensable… Le traité social européen existe et à l’époque il avait été signé par Geremek, Delors, Crespo, Gutteres… Pourquoi ce qui a été possible, il y a 5 ans, ne le serait-il plus aujourd’hui.

Ces élections vont constituer un enjeu important, elles seront également un test sur la crédibilité du Parti Socialiste et à cette heure, le risque est grand d’assister à une nouvelle déconvenue. Les Verts semblent se mettre en ordre de marche en dépassant leurs querelles byzantines, le MoDem parvient à attirer des « figures antisarkozistes», le ralliement de Fred Vargas (soutien indéfectible de Battisti) n’en est pas le moins symbolique.

Dans ce contexte, les alliances éléphantesques faites et défaites en quelques heures risquent de laisser l’électeur de gauche circonspect. Et, il n’est pas certain que la reconduction d’un « hollandisme » sans François Hollande redonne un quelconque espoir sur la capacité du PS à sortir de son immobilisme. Et il n’est pas non plus évident que l’attelage improbable porté par Martine Aubry puisse engager une dynamique d’ouverture vis-à-vis de la « vraie vie » et des citoyens.

Oui le PS paye, et ses militants aussi, le crachin de La Rochelle. Et si incontestablement, une partie des journalistes porte la responsabilité de ses images sans fond, la majorité de nos leaders ont aidé à alimenter celles-ci, à défaut d’alimenter le débat dans les ateliers. (dernier exemple en date, Arnaud écrit à Pierre et Martine...).

A travers sa contribution Urgence Sociale, Nouvelle Gauche a fourni des outils, des analyses, des propositions économiques. Sans prétendre détenir une quelconque vérité, il y avait pourtant matière à étayer une réflexion commune, à débattre au-delà de savoir qui va avec qui et pour combien de temps.

De même, nous portons quelques idées, quelques problématiques en matière de rénovation de pratiques militantes… Ont-elles été discutées au-delà du seul « tout le monde est d’accord ». Tout le monde est d’accord mais sur quoi ?

Quel sens, quelle direction donner au vide dans ce domaine où on continue de se contenter de vagues constats ou de reprendre des propositions faites lors de congrès antérieurs, sans jamais se fixer des objectifs, des échéances.

Voilà les quelques raisons qui ont poussé Nouvelle Gauche à déposer devant les militants une motion « Urgence Sociale, imposons le sursaut » pour qu’enfin ce parti se remette au travail durablement et dans la sérénité.

L’enjeu n’est pas de savoir qui sera le 1er Secrétaire ou le prochain présidentiable avant le suivant mais bien de bâtir un projet de société, cohérent capable de répondre à la complexité de notre époque en proie à l’incertitude sauf pour quelques uns.


Partager cet article avec:

Partager cet article sur Facebook  Ajouter dans Technorati  Ajouter dans Delicious  Partagez sur MySpace  Voter pour cet article dans Wikio  Partager avec Digg  Partager sur Fuzz   partager sur Diigo 

Commentaires

Je trouve que les idées de nouvelles gauche sont assez progressistes (par rapport au reste du PS), et les contributions assez pertinentes...
Néanmoins, je suis un peu réservé sur quelques comparaisons. Exemple sur les salaires: certes, l'idéal est d'avoir des augmentation minimales éliminant le risque de pouvoir d'achat, et là dessus les pays bas sont avant-gardistes. Néanmoins, les hollandais sont imposés dès le premier cent de revenu, ce qui est loin d'être le cas en France...
Mais c'est l'une des premières contributions qui me semble "proche du terrain", et non utopiste...

Écrit par : Liam | 18/09/2008

Et une de plus ... Pendant que les 12 travaux de Nicolas SARKOZY continuent (prise en charge des travaux de voirie au Cap Nègre) On en est encore là .....

Écrit par : Slovar | 18/09/2008

@Slovar
Ben oui... quand personne des grands leaders n'écoutent on fait quoi ?... on se dit "ça ira mieux la prochaine fois" ça fait 20 ans que j'entends ça

Écrit par : marc vasseur | 18/09/2008

Oui, c'est bien ce que disent Nouvelle Gauche et P. Larrouturou ! Mais n'avait-il pas sa place, dans une motion commune, avec Hamon/Emanuelli, Filoche, Lienemann... dont il est proche sur nombre de points !?

Pourquoi diviser le camp progressiste du parti avec cette motion ?

Quel gachis, non ?!

Écrit par : Maximilien de Picardie | 19/09/2008

si proche... pas tant que cela quand on lit dans le détail.
Un exemple Mélenchon ne veut pas d'un parti de masse. D'autre part avec Hamon il y a une autre grosse différence, nous ne parions pas sur la croissance...

Écrit par : marc vasseur | 19/09/2008

Aucune analyse de la gauche sur le retour du Front National. Et pourtant elle devrait se poser des questions. La politique de N. Sarkozy est-elle trop à gauche ? Pas assez de reconduites à la frontière ? Pas assez sécuritaire ? Trop de complaisance à l'égard des socialistes (l'ouverture, les nominations à la Cour des comptes et au Conseil constitutionnel), trop de laxisme dans la définition de l'identité nationale, trop de complaisance à l'égard de la religion islamique ?
La gauche ne se pose pas de questions. Peu importe. Nicolas Sarkozy a affaibli la droite républicaine, c'est ce qui lui a permis de gagner.

Écrit par : deguisement disco | 17/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu