Avertir le modérateur

12/06/2008

Qu’est ce qui nous sépare?

Par Marc Vasseur 

Alors que je m’apprêtais à écrire un nouvel article consacré au théâtre d’ombres que nous offre notre premier secrétaire, François Hollande cette interrogation m’est venue presque naturellement. Car au fond, à lire les premières ébauches de texte dans la perspective de ce congrès, je m’aperçois que beaucoup de nos dirigeants vivent dans une sorte de nostalgie de l’ère Jospin.

593559064.jpg

Ahhhh quelle formidable époque que ces années 97-2002 Le temps du socialisme triomphant, de la bonne gestion aux bons résultats économiques pour un peu, ils rêveraient d’inventer la machine à remonter le temps. Après réflexion, j’en viens à me demander si ce gouffre qui peut me séparer d’eux, ce n’est pas au final ce fameux fossé générationnel.

Lire la suite

11/06/2008

Initiative militante

Par Marc Vasseur
 
A l'instar de la très belle initiative de Ronald de faire se rencontrer politiques et blogueurs (il commence fort avec Ségolène Royal), j'envisage la même démarche quand un de nos leaders socialistes viendra dans notre fédération avec par contre une problématique: comment faire vivre la démocratie interne.

Bertrand Delanöe vient le jeudi 19 juin à Lille, j'en ai profité pour lui proposer cette démarche (étant un adhérant de la grande fédération du Nord). J'ai reçu un mail de Julien Dray hier, en retour je vais lui proposer cela pour son probable venu à Lille.

On verra si ils sont d'accord pour jouer le jeu. Je vous tiens informés des suites et si certains camarades nordistes qui me lisent sont intéressés pour participer à ça... vous pouvez me contacter.

Mon Mail au site de Bertrand Delanöe :

Bonjour,

je me présente, je suis blogueur socialiste résidant à Roubaix dans le Nord.
J'ai appris que monsieur Delanöe venait dans la Fédération du Nord, le jeudi 19 juin, aussi j'aimerai savoir si il était possible d'avoir un entretien avec lui sur ses propositions en matière de démocratie militatnte, de fonctionnement de du parti et de la e-démocratie.
Je compte proposer la même démarche aux différents leaders qui passeront dans notre fédé au cours des prochains mois dans le cadre du congrès.
Bien entendu, cet entretien sera accessible sur mon blog.
Pour votre information, mon blog est classé 9eme blog politique chez wikio (site qui mesure la poularité des blogs). Par ailleurs, il est quotidiennement visité par près de 500 personnes et d'autre part, Libération reprend régulièrement mes propos dans sa rubrique contre journal.
Pourquoi, ne pas envisager d'ailleurs un panel de quelques militants pour pouvoir échanger plus librement ?
Restant disposition,
Je vous pris de recevoir l'expression de mes sentiment les meilleurs


05/06/2008

Reconstructeurs: tenir jusqu’en novembre…


Par Marc Vasseur

Donc dimanche 1er juin, le rassemblement improbable des fabiusiens, d’une partie des DSKistes, des Montebourgeois, d’aubryistes et d’autres (Emmanuelli, Hamon…)…  s’est réuni à Paris.

Alors déjà avant de dire tout le bien que je pense de cet attelage, j’ai un soucis… je n’ai rien pour appuyer mon article… juste quelques déclarations éparses… du genre «c’est
ce qu'il y a de plus nouveau, de plus utile aux Français qui a été fait au PS depuis des années et des années» (cf Laurent Fabius) ou encore «la dynamique, je ne la sens pas dans la salle, il y a un phénomène médiatique» (cf Pierre Moscovici)… je ne veux oublier bien entendu le «frappage» du torse sur le thème immuable du plus à gauche que moi tu meurs  avec un «Socialiste, ça se suffit à soi-même. Ceux qui ont honte de le dire n'ont rien à faire dans notre parti aujourd'hui» de Martine Aubry.

Parce qu’une fois qu’on a lu ça… et bien on a tout lu… Moi je veux bien croire sur parole les
copains ébaubis devant ce cartel des non, mais j’ai surtout l’impression d’avoir assisté à un rassemblement des conservatismes au sein du PS… Car sur ce débat tant souhaité, rien n’émerge de ce fameux pôle… Et sans même parler du mariage de la carpe et du lapin… je dois avouer mon scepticisme sur la convergence des points de vue entre un Mélenchon et un Moscovici.

Bien entendu, ayant un peu de bouteille dans ce parti… je sais qu’on peut toujours arriver à une synthèse des contraires avec un résultat connu d’avance… un immobilisme menant à de nouveaux déboires électoraux mais préservant confortablement nos cadres et nos apparatchiks. D’ailleurs… ils ont tous, sans exception, participé à cette direction qui a échoué.

Certes, le PS, après son vote sur la nouvelle déclaration de principes (officiellement avec 50% de participation… au regard des informations remontées par des militants… je suis pris d’un doute…), est désormais un parti social-démocrate, mais il reste malgré tout de nombreux débats importants à mener sur la précarité, croissance soutenable, mondialisation… et je passe sur un autre sujet, important à mes yeux: celui de la démocratie interne… A ne pas aller dans le détail, on ne peut espérer convaincre les citoyens de transformer leur vote sanction en un vote d’adhésion.

Enfin, chacun sait dans ce parti que tout ce joli monde se déteste en toute cordialité et je ne doute pas un instant que pour beaucoup, l’avantage de mettre en avant Martine Aubry, c’est qu’elle n’est pas en situation d’être présidentiable…  Cependant, elle s’est dès dimanche soir placée sur ce terrain… sa petite phrase «
je serai à la hauteur»traduit déjà cette non nouvelle ambition (elle avait déjà caressé cet espoir en 1995). Maintenant, la question est de savoir si ils tiendront jusqu’en novembre…

Autre souci d’inquiétude pour moi et pour l’avenir du PS… elle a une culture très relative du militantisme et encore moins que nous, simple militant de base, puissions participer pleinement au débat… c’est d’ailleurs un des messages passés dimanche, la démocratie participative
n’existe pas, seule compte la vision des dirigeants dûment plébiscitée par les militants. En somme, «tu colles et tu fermes ta gueule»… Désolé Martine, ça ne marche plus comme ça.


Edi
t: je reviens rapidement sur cette question de la participation sur l’approbation de la nouvelle déclaration de principes. Donc la direction nous donne une participation à 50%... ben voyons… et pourquoi pas 99%... Un exemple, d’après un papier de Mediapart sur les adhérents au PS… La Fédération de Paris en compte 9087… un site donne le
nombre de votants… 2400… soit une participation de 26,5%... heu… ailleurs ça a dû voter sévère…. Moralité, je pense que la direction du PS nous prend pour des cons.

29/05/2008

François Hollande et le Hollandisme...

Par Marc Vasseur
Voilà le Hollandisme a pris corps ce jeudi 29 mai 2008 dans une tribune du Monde. «Dix questions pour un congrès» qu’il appelle ça ben tiens ça me rappelle une démarche initié par quelques uns et qui a reçu plusieurs milliers de signatures sans que François Hollande bouge d’un iota.

1300314990.jpg



Et là, révélation! On ne peut que s’en féliciter et donc de lire attentivement notre premier secrétaire sur le départ.

Avant ses fameuses questions, le propos liminaire m’a interpellé deux fois en forme d’autocritique « Mais je suis lucide sur ses fragilités : individualisme des comportements au sommet, étroitesse sociologique de sa base, vulnérabilité de son assise électorale. » et ce passage admirable aussi « Elle doit mener une offensive idéologique. » Grand progrès de se rendre compte de sa propre faillite après 10 ans à la tête du parti. Vous me direz, il n’était pas tout seul c’est certain, je ne veux pas citer de noms, mais si ça vous intéresse, la liste de la direction peut vous aider.

Lire la suite

26/05/2008

Le PS doit-il être libéral?

En affirmant qu'il était «libéral», Bertrand Delanoë a provoqué un débat interne au PS. Ségolène Royal a par exemple estimé qu'être libéral et socialiste était impossible. De son côté, Laurent Fabius a jugé ce débat «tout à fait surréaliste». Nous vous avons demandé si le PS devait être libéral.

Pour Sebounet, c'est non. «Vouloir une politique libérale, c'est faire ce qu'à fais Jospin et se reprendre 10 ans de droite... car voilà où nous a mené la fabuleuse politique de Jospin (dont certain sont fiers), d'avoir voulu marier une politique sociale et libérale, qui a explosé la gauche, et qui à l'heure actuelle n'est toujours pas capable de s'en remettre.» Quant à Fran, il se dit «tiraillé entre le désir d'avoir un PS plus à gauche et la crainte de perdre les élections à chaque fois sur une crise sécuritaire, car il faut le dire, la sécurité c'est le tendon d'Achille des socialistes.»
 
540720365.jpgNila, de son côté s'exprime ainsi: «Le PS n'est pas réaliste et pragmatique face au libéralisme. Si Delanoë veut dire qu'enfin un socialiste va comprendre quelque chose au libéralisme et nous adapter à celui qui domine la planète, je suis d'accord. Le libéralisme économique domine le monde et si nous ne faisons que le rejeter au lieu de trouver des solutions, nous serons distancés, appauvris, fichus quoi. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout accepter du libéralisme mais le regarder en face et tenter d'y vivre sans tout perdre de nos acquis. La plus grande partie de la population mondiale n'a que peu d'acquis sociaux, voire aucun. Or, pour le moment, les socialistes restent fuyants sur la question, sans doute conscients de ce qu'il faudrait faire mais anxieux de perdre les voix les plus à gauche.»

Et vous? Qu'en pensez-vous? Quelle doit être la ligne du Parti socialiste au XXIème siècle? Dites-le nous en commentaire ci-dessous…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu