Avertir le modérateur

30/09/2008

Congrés 2008: le choix entre 3 hedge funds et 1 livret A

Par Frédéric Polan

Motions Aubry-Fabius, Delanoë, Royal: les placements risque-tout des hedge funds! Les résultats du sondage Opinion Way, sur l'avenir de la Gauche sont limpides:

Question: «Dans les mois qui viennent, quelle est pour vous la priorité de la Gauche?»
- 66%: rénover son projet
- 2%: ne sait pas
- 32%: désigner un leader
(source)

Donner sa voix à l'une de ces 3 motions, c'est faire le choix du retour de la géguerre entre les présidentiables. Le vainqueur tirera la couverture que les perdants  feront un malin plaisir de détricoter. Et surtout n'oublions pas le 4eme larron: la marionettiste DSK, qui de son loft du FMI, a pris soin de répartir ses troupes chez Delanoë et Aubry-Fabius. Assurément un placement de risque tout! Sarkozy va-t-il nationaliser les pertes?

Motion Hamon: le placement du bon pére de famille du Livret A!

article_hamon.jpg
Benoît Hamon, Laurent Fabius et Pierre Moscovici (AFP)

Benoit Hamon est un placement de solidité:
Enfant de l'ascenseur social, il a obtenu un Bac+3 en prenant soin d'éviter l'ENA. Il a fait ses classes chez les jeunes du MJS, avant de devenir conseiller municipal puis député européen en 2004 (membre de la très recherchée commission des affaires économiques et monétaires).

Sa motion a réussi a fédérer toute l'aile gauche du parti (exploit non réalisé en 30 ans), des ex-fabuisiens comme le ministre Paul Quilés, des ex-rocardiens comme Pierre Larroutourou.

Non présidentiable en 2012, il sera en mesure de rénover le projet du PS, de préparer sereinement l'organisation des primaires de 2011.

Assurément un bon placement sans risque, qui va prendre de la valeur. Le experts notent déjà une inflation des votants.

19/09/2008

Martine Aubry: retour vers le futur

Par Marc Vasseur

article_photo_1208522359496-3-0.jpg
La maire PS de Lille Martine Aubry et Pierre Mauroy, le 18 avril 2008. Photo AFP

On savait la pratique de l'immobilisme comme un art assumé par certain, sur le thème «non n'avons rien fait mais cela va changer»... C'est d'ailleurs l'aveu fait par François Hollande lors de sa réunion avec Bertrand Delanoë avec ce très beau passage «il nous faut une orientation...». Ce qui laisse à penser qu'avant nous n'en n'avions pas.

Lire la suite

16/09/2008

Voie royale pour une ligne claire?

Par Marc Vasseur

Je suis content de ce jeu de mots.

A part ça, depuis hier et l’annonce de Ségolène Royal de mettre au frigidaire les ambitions personnelles d’elle-même et d’autres égos, on commence à y voir plus claire pour ce congrès.

article_photo_1218642321671-1-0.jpg

Je l’avoue humblement, je me suis trompé. J’avais pensé à l’émergence de deux  blocs (Aubry-DSK-Fabius / Hollande-Delanoë-Royal) et bien non il y en aura à priori au moins trois.

Aubry (si elle ne jette pas l’éponge avant mais) avec ce qu’il reste de fans de DSK, Fabius… en somme la reconstitution du trio magique (mots employés par elle-même) après le non à la constitution pour remettre le PS au travail… déjà…  La dynamique des «reconstruteurs», si il y a eu, semble grippée. L’université de rentrée de la fédération du Nord n’a pas eu le succès escompté, 700 personnes, l’un des plus mauvais chiffre depuis son existence. Et, si il y avait 250-300 personnes en fédé lors de la présentation des contributions à Lille, c’est assez peu au regard des 8000 adhérents surtout quand on joue à domicile.

Hollande et Delanoë qui «réunionnent» ce soir. On connaît les soutiens pour le deuxième (Jospin et Rocard…), par contre je ne sais plus très bien hormis Harlem Désir ceux qui soutiennent encore François.

Enfin, on a appris hier que la ligne claire, emmenée par Gérard Collomb et le puissant patron de la fédération des Bouches du Rhône, était parvenue à un accord avec Ségolène Royal… Avec en passager clandestin Pierre Moscovici… mais il faut bien quelques cocus à chaque congrès.
Je n’oublie pas l’aile gauche mais Hamon rejoindra-t-il Aubry ou Mélenchon, c’est bien le problème de cette dernière… gagner sur sa gauche n’est ce pas craindre une fuite de quelques soutiens notoires…

Vous voyez rien n’est simple dans ce congrès… avec en prime, une vraie question…  Ils font un bout de chemin ensemble mais pour quoi faire?

02/09/2008

Géopolitique du restaurant, épisode 4: la grandeur du pardon

Par Emile Josselin (20minutes.fr)

article_am.jpg

Photo Sipa

Où l'on apprend que samedi 30 septembre à midi, pour le déjeuner, un des participants présents sur cette photo aurait été «instrumentalisé»... et donc pardonné.

Lire la suite

26/05/2008

Le PS doit-il être libéral?

En affirmant qu'il était «libéral», Bertrand Delanoë a provoqué un débat interne au PS. Ségolène Royal a par exemple estimé qu'être libéral et socialiste était impossible. De son côté, Laurent Fabius a jugé ce débat «tout à fait surréaliste». Nous vous avons demandé si le PS devait être libéral.

Pour Sebounet, c'est non. «Vouloir une politique libérale, c'est faire ce qu'à fais Jospin et se reprendre 10 ans de droite... car voilà où nous a mené la fabuleuse politique de Jospin (dont certain sont fiers), d'avoir voulu marier une politique sociale et libérale, qui a explosé la gauche, et qui à l'heure actuelle n'est toujours pas capable de s'en remettre.» Quant à Fran, il se dit «tiraillé entre le désir d'avoir un PS plus à gauche et la crainte de perdre les élections à chaque fois sur une crise sécuritaire, car il faut le dire, la sécurité c'est le tendon d'Achille des socialistes.»
 
540720365.jpgNila, de son côté s'exprime ainsi: «Le PS n'est pas réaliste et pragmatique face au libéralisme. Si Delanoë veut dire qu'enfin un socialiste va comprendre quelque chose au libéralisme et nous adapter à celui qui domine la planète, je suis d'accord. Le libéralisme économique domine le monde et si nous ne faisons que le rejeter au lieu de trouver des solutions, nous serons distancés, appauvris, fichus quoi. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout accepter du libéralisme mais le regarder en face et tenter d'y vivre sans tout perdre de nos acquis. La plus grande partie de la population mondiale n'a que peu d'acquis sociaux, voire aucun. Or, pour le moment, les socialistes restent fuyants sur la question, sans doute conscients de ce qu'il faudrait faire mais anxieux de perdre les voix les plus à gauche.»

Et vous? Qu'en pensez-vous? Quelle doit être la ligne du Parti socialiste au XXIème siècle? Dites-le nous en commentaire ci-dessous…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu