Avertir le modérateur

17/06/2008

Inventer le socialisme du XXIème siècle

Par Philippe Gailhardis

Bonjour. Je vous écris ce billet depuis Sirius. Il n’est pas mauvais, de temps en temps, d’essayer de prendre de la hauteur. Surtout en période de congrès socialiste…

1781853442.jpg Comme chacun sait, les siècles commencent avec 15 ans de retard sur le calendrier (1715, 1815, 1914…). Le XXIème siècle est donc pour demain, quand la crise écologique, économique et idéologique (avec les intégrismes) atteindra son point d’orgue.
Il n’y a pas de tâche plus urgente que d’inventer le socialisme de ce siècle-là.
Et l’on ne peut l’inventer sans penser l’économie du XXIème.

Qui a fait pareil effort de prospective depuis Marx (Photo AFP: La statue monumentale de Karl Marx à Chemnitz)? Il faudra bien pourtant que nos têtes pensantes s’y attellent…

Lire la suite

23/04/2008

Le PS a trouvé sa boussole

Par Philippe Gailhardis

Moins palpitant que les amours de notre président, l’aggiornamento du parti socialiste n’aura guère retenu l’attention des médias, spécialement de ces médias de droite qui reprochaient depuis si longtemps au PS son archaïsme supposé et ne se lassaient pas de lui citer en exemple le SPD allemand et son fameux congrès de Bad Godesberg!

c2dc36a71181a0d016d08ce2934d169c.jpg

 

Pourtant, tout est là: le réformisme (à la trappe «révolution» et «lutte des classes»), l’économie sociale de marché chère à nos amis d’Outre-Rhin depuis Bismarck, et même la défense d’un «secteur privé dynamique», le tout saupoudré d’une bonne dose de préoccupation environnementale. Qu’on n’aille plus, après cela, nous confondre avec des marxistes!

Hormis le très prévisible Mélenchon, qui a saisi le prétexte de l’Europe pour se distinguer une fois de plus (mais se récrierait si on osait le qualifier de souverainiste), tout ce que le PS compte de caciques, de courants et de baronnies a approuvé le texte qui va être soumis à débat dans les sections.

Lire la suite

11/04/2008

Je ne sais pas

Par Philippe Gailhardis

La plus poignante, à mon goût, des chansons d’amour blessé, n’est pas la trop flamboyante et littéraire « Ne me quitte pas » mais bien la discrète, la pudique et certainement sincère «Je ne sais pas», du même Jacques Brel.

3d2de546bf447d3202a5f65fc60896da.jpgCe «Je ne sais pas», qui revient de façon lancinante, exprime trop bien le désarroi de l’homme qu’on vient de « larguer », qui n’ose même pas encore se demander ce qu’il a fait ou négligé de faire, et se raccroche désespérément aux plus infimes détails matériels de la séparation. Tout lui paraît soudain compliqué, incompréhensible. «Je ne sais pas» aurait pu être l’hymne du parti socialiste après le tsunami du 21 avril. Six ans après, le PS ne sait toujours pas. Et l’on a beau jeu de lui jeter la pierre, de lui reprocher de ne pas avoir su analyser les causes de sa défaite. Ce n’est pas faute, pourtant, d’être rentré en lui-même, jusqu’au nombrilisme.

Lire la suite

Le communisme de Jésus et le socialisme de Jaurès

Par Philippe Gailhardis

L’une des choses qui m’ont le plus choqué en porte-à-porte, au moment des présidentielles, c’est l’image injuste, profondément malveillante, que beaucoup de Français, de droite et d’extrême gauche, se font des socialistes.

e32e992700c366fce7ceb37cbd0ff83f.jpg
Dessin d'un discours de Jean Jaures a l'Assemblee Nationale (SIPA)

 

Pour les gens de droite, nous serions tous des fonctionnaires, nourris aux frais du contribuable, et ne rêvant que de traire les vrais travailleurs au profit de feignants venus de toute la planète. Sans oublier de persécuter la religion ni d’encourager les resquilleurs et les délinquants, tout en enfilant des colliers de trombones pour passer le temps en attendant la fin de la journée (vers 16h45).
C’est d’autant plus injuste quand vous vous rendez chez ces braves gens dans le but de leur exposer un Pacte Présidentiel qui commence par l’impératif de réduire la dette publique, poursuit par la nécessité de réformer l’Etat afin que «un euro dépensé soit un euro utile », affirme haut et fort la nécessité de soutenir les PME et l’innovation, et ne concède aucun droit nouveau sans nouveau devoir, assaisonnant le tout d’un soupçon d’ordre juste. Principe du «donnant – donnant»! Et quand, de plus, le camarade qui vous accompagne n’est pas un fonctionnaire comme moi (faute avouée…) mais un authentique et peu baba cool chef d’entreprise!
Vous essayez de lutter contre les idées reçues mais, très vite, vous vous rendez compte que c’est peine perdue. On ne vous croit pas. On sait mieux que vous, pauvre naïf, ce qu’est le parti socialiste ! Et vous vous apercevez alors que votre interlocuteur ne voit à travers vous que votre propre caricature. Ce n’est pas à un socialiste d’aujourd’hui qu’il pense s’adresser, pas même à un crypto-socialo tendance Epinay. C’est à un chrétien des premiers âges. Il vous prend pour une sorte de Jésus!

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu